Comment accoucher seule sans le papa à la maternité ?

A cause du confinement imposé par la période actuelle, de nombreuses futures mamans vont devoir accoucher seule sans le papa. Les maternités de France et de Navarre n’ont pas toutes la même politique vis-à-vis du coronavirus : pour limiter les risques de propagation et de contamination, certaines maternités autorisent la présence du papa uniquement pendant l’accouchement, d’autres admettent le père jusqu’à la sortie de la maternité s’il ne quitte pas le bâtiment, et d’autres encore interdisent toute présence du papa. Dans ces conditions, le stress monte pour les futures mamans qui n’avaient pas prévu d’accoucher seules et pensaient vivre ce moment avec leur compagnon. Alors, comment faire face à la situation sans stress et accoucher seule sans le papa ?

accoucher seule sans le papa

1. On accouche seule sans le papa depuis la nuit des temps

L’une des raisons pour lesquelles on a peur d’accoucher seule sans le papa, c’est qu’on craint de ne pas être à la hauteur, de ne pas pouvoir assurer et gérer sans lui, d’être désemparée… Je vous rassure tout de suite : vous êtes capable d’accoucher en solitaire, comme bien des femmes avant vous. :-) Rappelez-vous, à une époque, accoucher seule était même la norme (d’où le fameux « couloir des papas » à la maternité, pendant que la maman donne le jour à son enfant). Dans l’Histoire mondiale des accouchements, vivre la naissance d’un enfant avec le papa est quelque chose de très récent et très moderne ! Cela changera certainement dans le futur, mais à l’heure actuelle, il y a eu plus de naissances sans le père qu’avec lui… Depuis la nuit des temps, de nombreuses femmes accouchent toutes seules :
– soit parce que dans leur culture et leurs traditions, la femme accouche seule, l’homme n’est pas présent,
– soit parce que le père n’a pas la possibilité d’être physiquement présent à l’accouchement (déplacement, nécessité de garder d’autres enfants…),
– soit parce que le père n’a pas envie d’assister à l’accouchement,
– soit parce qu’elles sont séparées du père au moment de la naissance.

Accoucher seule sans le papa alors que vous ne l’aviez pas prévu est donc un stress et une douleur, mais ce n’est pas une situation insurmontable et vous êtes capable de la traverser. Vous avez en vous cette force ! :-)

2. Anticiper l’accouchement en solo

Il est important de discuter avec le futur papa de comment va se dérouler la naissance sans lui, d’évoquer ses émotions et ses sentiments face à la situation, puis d’organiser concrètement les choses avant le jour J. Voici des questions à se poser et des choses à prévoir :
– Comment filmer l’accouchement ? Qui va prendre des photos ? (vous pouvez éventuellement vous faire aider du personnel soignant)
– Faut-il apporter des vêtements du papa imprégnés de son odeur pour les faire sentir au bébé ?
– Faut-il enregistrer la voix du papa pour la faire écouter au bébé ?
Cette liste est non exhaustive.

3. Rester le plus longtemps possible chez soi le jour J

D’après les sages-femmes, la plupart du temps, les femmes enceintes arrivent trop tôt à la maternité et passent donc inutilement du temps supplémentaire sur place. En période de confinement, il est crucial d’arriver à la maternité le plus tard possible, c’est-à-dire au bon moment. Les sages-femmes et gynécologues recommandent de venir à la maternité seulement si :
– vous avez perdu les eaux,
– vous avez des contractions régulières rapprochées, espacées de 5 minutes.
Cela vous permettra de rester le plus longtemps possible en compagnie du papa, et en ce moment, il vaut mieux être chez soi !

4. Rester zen avant le jour J

Pour éviter de trop stresser avant l’accouchement, il est important d’éviter de trop penser à la naissance et de se focaliser sur le moment présent. Voici des idées d’activités pour bien vivre le moment présent :
– pratiquer la méditation de pleine conscience (variantes : yoga, sophrologie, relaxation, tai chi, qi gong…)
– lire des livres feel good, page turner, ou inspirants
– prendre un bain
– écouter de la musique apaisante
– faire de la gym (adaptée aux femmes enceintes)
– aller respirer dehors, prendre un bon bol d’air, marcher
– s’occuper d’un animal de compagnie
– passer du temps avec vos autres enfants si vous en avez (vous aurez moins de temps pour le faire après la naissance !)
– faire une activité créative (coloriage pour adultes, dessins, couture, tricot, etc.)
– décorer ou aménager la future chambre de bébé
– cuisiner, pâtisser
– faire des siestes
– etc.
A vous de trouver l’activité qui vous aidera à être détendue avant le jour J ! Et dans tous les cas, essayez d’organiser une Baby Shower à distance ou au moins, de faire quelque chose pour célébrer votre grossesse, même un petit truc symbolique (ex : une séance-photo de vous avec votre joli ventre rond).

accoucher seule sans le papa

5. Le personnel soignant est là pour vous soutenir

Même si le papa est absent, vous pourrez toujours compter sur le personnel soignant pour vous aider, vous écouter et vous conseiller. Les équipes médicales sont bien conscientes de la difficulté des futures mamans à accoucher dans le contexte actuel et font le maximum pour les soutenir. Face à la situation, il y a une hausse des accouchements à la maison, mais attention, la décision d’accoucher à domicile ne doit pas être liée à la peur d’être seule pour la naissance ! Ce doit être une décision mûrement réfléchie et prise en conscience et en connaissance de cause, car bien que je sois absolument pour les naissances naturelles, les risques d’une naissance non médicalisée sont réels : pré-éclampsie, cordon autour du cou du bébé, besoin de réaliser une césarienne en urgence, bébé qui devient bleu, qui respire mal, qui a froid, etc. De tels scénarios nécessitent une intervention médicale urgente.

6. Il y a des avantages à accoucher seule

Cette affirmation peut être difficile à entendre en ce moment mais le confinement peut avoir des avantages. Par exemple :
– le papa pourra être présent à vos côtés longtemps après la naissance (et pas juste 11 jours…), et ça, pour l’avoir vécu avec mon deuxième enfant, c’est inestimable ! Surtout si vous comptez allaiter… Personnellement, je n’aurais jamais pu réussir mon allaitement si mon conjoint n’avait pas été à mes côtés pendant un mois après l’accouchement.
– vous pourrez vous concentrer sur votre bébé au lieu de recevoir des visites de vos proches. Il est bon de partager le bonheur de la naissance avec ceux qu’on aime (faites-le en visioconférence), mais juste après un accouchement, ne voir personne peut être un vrai soulagement, surtout si vous allaitez et avez besoin de repos. Il sera toujours temps de recevoir plein de visites à la fin du confinement ! (d’ailleurs, dans certaines cultures, une jeune maman ne doit s’occuper de rien pendant 30 ou 40 jours après la naissance du bébé)

Le mot de la fin pour accoucher seule sans le papa

Pour finir, je voudrais encourager les futures mamans qui devront accoucher en solo, sans le père. J’ai une pensée pour vous. Mais je sais que vous vous en sortirez si vous vous concentrez sur le positif : que vous et votre bébé soyez en bonne santé. Il y aura plein d’occasions de fêter la naissance avec vos proches quand la crise sera passée, avec une Baby Shower post-natale, par exemple.

Bon courage ! Je vous souhaite un très bel accouchement ! :-)

 

Partager l'article :

Vous avez aimé cet article ? Cliquez sur "J'aime" pour devenir fan de la page Facebook de "Jolie Baby shower", être informé/e des actualités du site, et découvrir des photos et des liens inédits.

Auteur de l’article : L'auteur

Je m'appelle Lova, je suis trentenaire et j'habite dans le sud de la France. Je suis l'heureuse maman de deux jolis garçons. En 2012, j'ai lancé le blog Joli Baby, qui est depuis devenu un site de référence dans sa thématique, et qui me vaut chaque jour de merveilleux compliments de mes lectrices. Je suis également l'auteure d'un livre sur l'organisation d'un baptême laïque, un type de baptême original et moderne qui séduit de plus en plus de parents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *